Regard en coursTrois solos trois chorégraphes
Trois chorégraphes et trois propositions solo accompagnés par le collectif CitéDanse à découvrir en première partie suivis d'un bal contemporain avec la Cie Barbarins Fourchus en deuxième partie.
Lieu
La Salle Noire
Date
23 novembre 2018
Auteur
Médiatrice chorégraphique
ANNE-CLAIRE CAUHAPÉ [GRENOBLE]
MICRO-BASCULES ET AUTRES TRANSPORTS DE SOI
"Glonfler, suspendre, saisir, projeter, contraindre …"

NOTE D’INTENTION :

La notion de transport, dans son sens le plus large, renvoie à l’expérience d’une émotion d’une vive intensité qui saisit l’individu et le projette hors de lui. Dans un mouvement séquencé de bascule, le transport extraie du rapport quotidien à soi, à l’autre, au monde, pour élever l’individu jusqu’à le suspendre. Puis l’émotion faiblit, se vide par dépressurisation et c’est le retour, en bas.

Dans des mouvements de bascules moins contrastés, corps et esprit se re-configurent aussi constamment au fil de micro-modulations : pensées parasites, appels à la rêverie, désirs contradictoires, élans irrépressibles, renoncements soudains….

Le processus chorégraphique consiste ici à se faire vecteur poétique et outil d’enregistrement de cette sismographie interne du corps – matière plastique animée par les multiples mouvements d’oscillations de transports/bascules de soi.

Conception, danse : Anne-Claire Cauhapé

Composition musicale et création vidéo : Félix-Antoine Morin

Soutien : accueil en résidence à l’école et Cie de théâtre « L’École des gens » à Grenoble.

PATRICK MANGOLD - CIE ADÈS [LAUSANNE]
DORESU
"Ce n’est pas uniquement la forme qui compte, mais le mouvement invisible, intérieur."

NOTE D’INTENTION :

Dans notre société l’être humain est confronté aux limites que les règles sociales lui imposent quant à l’expression de ses émotions, souvent contenues ou réprouvées. Cette affirmation trouve son émanation la plus concrète dans le contexte de la justice. Un tribunal est un espace où il est question de règles ; le formalisme y est extrême, la parole elle-même est cadrée et il n’y a pas de place, ou si peu, pour les états d’âme. En même temps ce qui se joue est existentiel pour les personnes qui y sont confrontées et les émotions sont très fortes. L’avocat lui-même, si l’enjeu ne le concerne pas personnellement, est néanmoins traversé par ces énergies contradictoires. Il est soumis à ce cadre formel, au respect de ces règles qui lui imposent de plaider le droit et lui empêchent de crier que Justice doit être rendue.

« Doresu » explore ce qui se cache derrière la robe de l’avocat ; et questionne sur le plateau de danse ce qui ne peut l’être dans le prétoire. Avec l’idée que la danse n’est pas seulement ce qui se voit, mais qu’elle vit d’abord à l’intérieur du danseur ; que ce n’est pas uniquement la forme qui compte, mais le mouvement invisible, intérieur.

Création et interprétation : Patrick Mangold

Accompagnement à la création : Stephanie Lemonnier et Madeleine Bongard

Musique : Solam Riondel

Lumières : Claire Firmann

ÉMELINE NGUYEN - CIE LA GUETTEUSE [GRENOBLE]
LOUVE
"L’imaginaire infuse l’espace et le colore d’un monde qui n’appartient à aucun âge."

NOTE D’INTENTION :

A la lisière de la marginalité, dépouillée de ses pairs, une femme s’invente, rêveuse, une solitude vivante, intime et puissante et interagit avec ses fantasmagories.

L’imaginaire infuse l’espace et le colore d’un monde qui n’appartient à aucun âge.

Polymorphe, cette femme navigue en différents cycles, de la petite fille à la vieille âme et joue de la métamorphose, tantôt louve, tantôt écorce, tantôt chardon.

Des dédoublements d’images et de corps, portés par un travail autour de la matière (argile, eau, terre, peaux…) proposent d’identifier les rituels qui accompagnent des transitions et questionne les espaces de transformations intérieurs de chacun.

Ce travail en cours puise son inspiration dans les univers de “Diotime et les lions” (Henry Bauchau) et “La terre qui penche” de Carole Martinez, dans lesquels les protagonistes féminins se revendiquent d’une différence face à leur condition.

Ce travail anime également des recherches sur les multiples figures de la sorcière dans de vastes représentations et époques – sorcières du Moyen Age et sorcières contemporaines.

Création, interprétation : Emeline Nguyen

Production :Cie La Guetteuse www.cielaguetteuse.fr

INFORMATIONS PRATIQUES
Vendredi 23 novembre 2018 à 19h30.
Ouverture des portes à 19h00 • Spectacles à partir de 19h30 • Buvette et petite restauration sur place.

Adresse de la soirée :
La Salle Noire
19 rue des Arts et Métiers - 38000 Grenoble
Accès Tram A, arrêt Berriat Le Magasin

RÉSERVATIONS CONSEILLÉES
Billetterie en ligne
Durée : 1H30
Tarif normal : 7€ • Tarif réduit: 5€
Contact : contact@citedanse.org • 06 17 25 50 45

Propulsé par HelloAsso
PARTENARIAT AVEC LA CIE BARBARINS FOURCHUS
Cette saison CitéDanse et la Cie Barbarins Fourchus s'associent pour une série de rencontres dédiées à la création chorégraphique. Pour cette première, une présentation de trois solos en cours de création suivis d’un bal contemporain.

Les trois chorégraphes invités pour cette soirée ont eu l’occasion de développer leur projet au cours d’accueils studios impulsés par CitéDanse avec la complicité de la Direction de la culture et de la culture scientifique de l’Université Grenoble Alpes et de ABC Danse