Résidence pour 2 solosDoresu & Micro-Bascules
Cet été CitéDanse accompagne et soutien deux compagnies pour un travail de recherche-création en danse contemporaine, chacune autour d’un projet de solo du 9 au 13 juillet 2018.
Lieu
Espace Scénique Transdisciplinaire
Date
09 juillet 2018
Auteur
Médiatrice chorégraphique
DORESU
Patrick Mangold – Cie Adès [Lausanne]
"L’idée première est que la danse n’est pas seulement ce qui se voit, mais qu’elle vit d’abord à l’intérieur du danseur, que ce n’est pas uniquement la forme qui compte, mais le mouvement invisible, intérieur."

NOTE D’INTENTION :

Dans notre société l’être humain est confronté aux limites que les règles sociales lui imposent quant à l’expression de ses émotions, souvent contenues ou réprouvées. Cette affirmation trouve son émanation la plus concrète dans le contexte de la justice. Un tribunal est un espace où il est question de règles ; le formalisme y est extrême, la parole elle-même est cadrée et il n’y a pas de place, ou si peu, pour les états d’âme. En même temps ce qui se joue est existentiel pour les personnes qui y sont confrontées et les émotions sont très fortes. L’avocat lui-même, si l’enjeu ne le concerne pas personnellement, est néanmoins traversé par ces énergies contradictoires. Il est soumis à ce cadre formel, au respect de ces règles qui lui imposent de plaider le droit et lui empêchent de crier que Justice doit être rendue.

« Doresu » explore ce qui se cache derrière la robe de l’avocat ; et questionne sur le plateau de danse ce qui ne peut l’être dans le prétoire. Avec l’idée que la danse n’est pas seulement ce qui se voit, mais qu’elle vit d’abord à l’intérieur du danseur ; que ce n’est pas uniquement la forme qui compte, mais le mouvement invisible, intérieur.

Création et interprétation : Patrick Mangold

Accompagnement à la création : Stephanie Lemonnier et Madeleine Bongard

Musique : Solam Riondel

Lumières : Claire Firmann

 

La biographie de Patrick Mangold

Patrick a un parcours artistique atypique. Avocat de formation, il a une longue expérience dans l’accompagnement de clients devant la justice, notamment dans des affaires pénales. En parallèle, Patrick a également une formation artistique. Il se forme d’abord au théâtre physique et participe à plusieurs projets de création et spectacles. Attiré par le travail d’interprétation dans son rapport au corps et au mouvement , Patrick se dirige vers la danse. Il expérimente la danse des cinq rythmes et se forme ensuite à la technique GaGa, en danse contemporaine et danse Buto. Depuis 2014, Patrick mène de front ses deux activités : avocat et danseur. Il est interprète, performeur et travaille en Suisse et en France, notamment avec la Cie Aux Pieds Levés, le Collectif Ici-Même (Gr.) et la Cie Pascoli à Grenoble.

Micro-bascules et autres transports de soi
Anne-Claire Cauhapé [Grenoble]
"La notion de transport, dans son sens le plus large, renvoie à l’expérience d’une émotion d’une vive intensité qui saisit l’individu et le projette hors de lui."

NOTE D’INTENTION :

La notion de transport, dans son sens le plus large, renvoie à l’expérience d’une émotion d’une vive intensité qui saisit l’individu et le projette hors de lui. Dans un mouvement séquencé de bascule, le transport extraie du rapport quotidien à soi, à l’autre, au monde, pour élever l’individu jusqu’à le suspendre. Puis l’émotion faiblit, se vide par dépressurisation et c’est le retour, en bas. Dans des mouvements de bascules moins contrastés, corps et esprit se re-configurent aussi constamment au fil de micro-modulations : pensées parasites, appels à la rêverie, désirs contradictoires, élans irrépressibles, renoncements soudains….

Le processus chorégraphique consiste ici à se faire vecteur poétique et outil d’enregistrement de cette sismographie interne du corps – matière plastique animée par les multiples mouvements d’oscillations de transports/bascules de soi.

Conception, danse : Anne-Claire Cauhapé

Composition musicale et création vidéo : Félix-Antoine Morin

Soutien : accueil en résidence à l’école et Cie de théâtre « L’École des gens » à Grenoble.

 

La biographie d’Anne-Claire Cauhapé

Danseuse de formation, Anne-Claire Cauhapé cultive une pratique élargie : danse contemporaine, Feldenkrais, Taï Chi et autres pratiques énergétiques. Docteure en Arts et Études Anglophones, elle est aussi transfuge disciplinaire s’intéressant aux enjeux du geste de création dans les arts visuels, la musique et la création littéraire. La réalisation de deux post-doctorats en recherche-création à l’Université du Québec à Montréal lui ont permis de poursuivre ses recherches théoriques et pratiques via la mise en place de dispositifs de création collaboratifs. Elle prête aussi sa plume à des artistes pour écrire pour eux et/ou avec eux, et mène des activités d’enseignement dans des départements d’arts du spectacle, de danse et d’anglais dans différentes universités et institutions culturelles.

UN PARTENARIAT AVEC LA DIRECTION DE LA CULTURE ET DE LA CULTURE SCIENTIFIQUE DE L’UNIVERSITÉ GRENOBLE ALPES
Les compagnies sont accueillies en résidence dans les studios de l’Espace Scénique Transdisciplinaire avec la complicité et le soutien de la Direction de la culture et de la culture scientifique de l’Université Grenoble Alpes.